Déjà 100 clubs d’hôtes… et ce n’est qu’un début

Le 11 octobre à Berlin, le 100e club d’hôtes a vu le jour. Les clubs d’hôtes sont des organisations locales et indépendantes, encadrées par des hôtes, qui développent des initiatives pour leur communauté. Ces clubs aident les quartiers et les entrepreneurs locaux à comprendre les avantages culturels et économiques du partage de logement, à échanger autour des valeurs qui les inspirent à héberger, et à mettre en œuvre des réglementations justes et simples sur le partage de logement dans leurs villes.

De Denver à Rome, de Joshua Tree à la Tasmanie, chaque club d’hôtes est dirigé par un comité local. On y échange sur les pratiques les plus efficaces concernant des thèmes tels que : l’hébergement et hospitalité, les activités de bénévolat au service de la communauté, des événements regroupant tous ceux passionnés par le partage de logement, ou encore des campagnes de sensibilisation auprès des élus locaux.
Airbnb met à disposition sa plate-forme, des boîtes à outils et d’autres ressources pour permettre aux hôtes du monde entier d’échanger, de s’organiser et de partager des informations le plus facilement possible. Le Community Center permet aux hôtes de créer une présence en ligne personnalisée pour chaque club, d’organiser des rencontres pour attirer des nouveaux membres et également de communiquer entre clubs de différentes régions du monde.

Les objectifs et initiatives des clubs varient considérablement en fonction des besoins des différentes communautés. Petits groupes restreints de 15 ou grands groupes de plus de 100 personnes, ces clubs se réunissent au moins une fois par mois pour discuter, planifier des initiatives ou dialoguer avec les habitants des quartiers, les associations professionnelles ou les élus locaux. Voici quelques exemples récents d’activités organisées par les clubs d’hôtes à travers le monde :

  • Washington : le club a organisé une rencontre sur le thème du développement durable pour réfléchir à des façons de rendre son logement plus écologique. Des discussions ont également eu lieu sur le recours à des coopératives d’énergie solaire.
  • Rome : véritables ambassadeurs de leur ville, les membres du club de Rome ont fait équipe avec l’association Retake Roma pour organiser un nettoyage du centre-ville.
  • Berlin : les clubs d’hôtes des différents quartiers de Berlin s’emploient principalement à dialoguer avec les candidats en campagne. Le but est de les aider à mieux comprendre l’importance d’une législation claire pour encadrer les locations de courte durée, à la fois dans l’intérêt des hôtes et des citoyens.
  • Rio de Janeiro : le club s’est associé au Programme des Nations Unies pour l’environnement et à l’association locale Favela Verde pour créer des jardins verticaux et découvrir comment rendre la ville plus verte.
  • New York : les clubs, très nombreux dans la ville, sont très bien organisés. Ils correspondent aux limites définies par le quadrillage des quartiers. Des membres de clubs se sont rendus à Albany pour le « Statewide Lobby Day », ainsi qu’à la convention nationale démocrate 2016 de Philadelphie, pour s’élever contre un texte de loi qui menacerait plus de 30 000 New-yorkais d’expulsion et de saisie. Les hôtes de la ville continuent d’exhorter le gouverneur Andrew Cuomo à opposer son veto à ce texte.
  • Barcelone : constitué de sept sections locales réparties dans les différents quartiers de la ville, le club d’hôtes de Gracia a préparé un manifeste en faveur du partage de logement présentant ses objectifs. Le club a eu l’occasion d’en discuter lors d’une audience publique régionale.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les clubs d’hôtes et découvrir comment en créer un dans votre ville.