Rencontrez Biche, productrice de fromage de chèvres et hôte sur Airbnb à Champrond dans la Sarthe

C’est à deux heures de Paris, en plein coeur de la Sarthe, que Biche vit et accueille ses voyageurs dans sa ferme.

Les voyageurs se retrouvent sur une propriété agricole de 20 hectares, dans un moulin construit au XVIe siècle sur le bord d’un cours d’eau qui passe dans le jardin.

À 56 ans, cette éleveuse et productrice de fromages de chèvre a décidé d’ouvrir la porte à des voyageurs en quête de repos. “La plupart de mes voyageurs viennent ici pour un weekend afin de se ressourcer. Ils s’attendent à trouver du calme et veulent profiter de tout ce qu’offre la vie à la campagne”. Il faut dire que mis à part le chant des hirondelles, le son de l’eau et quelques aboiements de chien, ici le silence de la nature prédomine. 

DES VOYAGEURS FRANÇAIS QUI RE-DÉCOUVRENT LA CAMPAGNE

Les voyageurs sont accueillis au coeur d’une exploitation composée de plusieurs bâtisses.

Il y a la chèvrerie avec la soixantaine de chèvres, le laboratoire où je prépare mes fromages, la grange où vivent mes chevreaux, et à une centaine de mètres plus loin, il y a le hangar pour la paille et les tracteurs”. 

Pour Biche, accueillir des voyageurs n’est pas anodin. “Mon père était un célèbre affichiste et peintre parisien. Dans son travail, il y avait toujours un sens du partage. Je m’inspire de cet héritage en ouvrant ma porte aux voyageurs du monde entier. Aujourd’hui, c’est l’âme de ce moulin que je fais revivre à chaque fois qu’un voyageur séjourne ici.” 

Pour moi, être hôte sur Airbnb, c’est partager ma vie, mon métier et mes passions l’espace de quelques jours avec des inconnus qui repartent en amis. Les voyageurs découvrent une autre France, plus authentique et redécouvrent la campagne”. 

AIRBNB, UNE SOLUTION POUR COMPLÉTER ET DIVERSIFIER SES REVENUS

Biche gère toute la chaîne de production de la chèvrerie. Elle élève ses bêtes, produit les différents fromages, puis les vend sur trois marchés de la région. La production demande du temps et les ventes sont parfois aléatoires. Les fins de mois peuvent donc parfois être difficiles. 

C’est toujours bon de se garantir d’autres revenus. L’argent que je touche grâce à Airbnb me permet de payer une partie de mes charges d’activité qui ne cessent d’augmenter, mais aussi d’entretenir le vieux moulin qui passe dans le salon de la maison.” 

LIRE AUSSI – Découvrez Hilary et Nicolas, éleveurs de vaches et hôtes sur Airbnb au col de Tamié

LIRE AUSSI – Découvrez Cécile, éleveuse céréalière à la ferme de Pontaly et hôte sur Airbnb 


Likez la page d’Airbnb Citizen sur Facebook